Le dollar et l'Ibovespa chutent en attendant la décision sur les taux d'intérêt et avec un risque budgétaire en vue - Kasamim Noticias
Aller au contenu

Le dollar et l'Ibovespa chutent en attendant la décision sur les taux d'intérêt et avec le risque budgétaire en vue

Le marché s'attend à ce que Copom ajoute 1 point de pourcentage à Selic et augmente le taux à 5,251 TP3T par an

ROBERTO GARDINALLI/FUTURA PRESS/ESTADÃO CONTÚDOLe dollar clôture à des heures hautes avant que la Banque centrale n'annonce l'orientation des taux d'intérêt brésiliens

Ô dollar et la Bourse brésilienne a fermé ses portes ce mercredi 4, quelques heures avant que la Banque centrale n'annonce le nouveau taux d'intérêt et avec le retour du risque budgétaire sur le radar. La monnaie nord-américaine a terminé la journée avec une baisse de 0,13%, à R$ 5,186. Le taux de change a atteint un sommet de 5,246 R$, tandis que le taux de change minimum n’a pas dépassé 5,165 R$. Le dollar a terminé la journée en hausse de 0,53%, à R$ 5,193. Ô Ibovespa, une référence B3, a clôturé sur une baisse de 1,44%, à 121 801 points. La séance de bourse de ce mardi 3 s'est terminée sur une hausse de 0,87%, à 123 576 points.

La récente accélération de l'inflation fait que le marché parie sur une augmentation de 1 point de pourcentage du Selic par le Comité de politique monétaire (Copom), portant le taux d'intérêt à 5,251 TP3T. Lors de la dernière réunion, en juin, le conseil d'administration a indiqué qu'il devrait répéter la dose de 0,75 point de pourcentage, mais a « laissé la porte ouverte » à une augmentation plus robuste. Le marché financier a une nouvelle fois relevé ses perspectives pour le Indice élargi des prix à la consommation (IPCA), le compteur officiel de inflation Brésilien, à 6 79%. C'est la 17e semaine consécutive que l'estimation est révisée à la hausse. Dans la dernière édition, les prévisions indiquaient une augmentation de 6.56%. La BC poursuit un objectif inflationniste de 3,75%, avec une marge de 1,5 point de pourcentage à la hausse ou à la baisse, soit entre 2,25% et 5,25%. L'indice prévisionnel était de 0,72% en juillet, la valeur la plus élevée depuis 2004, et a accumulé 8,59% au cours des 12 derniers mois. Les analystes de marché ont également révisé à la hausse les attentes pour l'IPCA 2022, de 3.80% à 3.81%. L'objectif pour la Colombie-Britannique l'année prochaine est de 3.50%, avec une variation entre 2% et 5%. Malgré la nouvelle avancée des anticipations d'inflation, le marché a maintenu la prévision Selic, le principal outil de la Colombie-Britannique pour contenir les variations de prix, à 7% par an en 2021 et 2022.

Les investisseurs réfléchissent également au retour du risque budgétaire après la nouvelle crise précatório et aux débats autour de la reformulation de la Bolsa Família. Une partie du fonds que le gouvernement souhaite créer avec le Projet d'Amendement à la Constitution (PEC) de ordonnances du tribunal servira à financer des actions sociales. Le document, préparé par Ministère de l'économie, a déjà été livré à la Maison Civile et sera présenté au Congrès ce jeudi 5. L'Exécutif doit également présenter cette semaine la Mesure Provisoire (MP) qui crée Auxílio Brasil, comme s'appellera le nouveau programme d'aide aux plus vulnérables, comme Sac Familial. Le PEC de precatório, comme on appelle les dettes de l'Union qui ne sont plus soumises à des recours judiciaires, propose la création d'un fonds avec des ressources de privatisation et la vente d'autres biens publics, comme des biens immobiliers. Le projet de l'équipe économique détermine que 60% des ressources de ce fonds sont destinées à la réduction de la dette publique, 20% au paiement des décisions de justice et 20% au domaine social.

L'arrière-plan est conçu pour être en dehors du plafond de dépenses, la règle approuvée en 2016 et qui limite les dépenses de l'Union au budget de l'année précédente corrigé de l'inflation. Dans le raisonnement économique, les revenus provenant des privatisations et des ventes d’actifs ne sont pas courants et ne respectent pas les règles des barrières fiscales. Le texte détermine que la valeur des ordonnances judiciaires payées annuellement est limitée à 2,6% de Revenu Net Courant (RCL). Les paiements seront divisés en trois tranches : toutes les ordonnances judiciaires jusqu'à 66 000 R$ seront payées immédiatement ; les dettes supérieures à 66 millions de R$, appelées super precatório, seront payées par versements avec un acompte de 15% de valeur en 2022 et le reste divisé en neuf versements annuels égaux ; les valeurs situées entre ces extrêmes seront classées par ordre croissant. Selon les comptes du gouvernement, le budget dispose de ressources pour payer toutes les ordonnances judiciaires inférieures à 450 000 R$.



VOIR L'ARTICLE ORIGINAL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

0